La France perd son emprise sur une autre possession coloniale

La décision de Macron d'envoyer davantage de troupes en Nouvelle-Calédonie est le reflet d'un grave déséquilibre de l'ordre dans cette nation insulaire sans précédent depuis les années 1980, rapporte Mick Hall.

Le président français Emmanuel Macron en 2019. (DoD, domaine public)

By Mick Hall
à Whangarei, Nouvelle-Zélande
Spécial pour Consortium News

FOn entend de plus en plus entendre que les forces de sécurité françaises pourraient rester indéfiniment en Nouvelle-Calédonie après avoir été envoyées pour réprimer les violences meurtrières cette semaine suite au blocage des efforts vers une indépendance totale de la France. 

Alors que la France perd son emprise sur ses possessions coloniales à la suite des récentes débâcles en Afrique de l’Ouest, le président français Emmanuel Macron s’est rendu jeudi dans ce pays insulaire du Pacifique.

Il cherchait une solution politique avec les partis locaux à la suite de l'éruption de manifestations et de violences comprenant des échanges de coups de feu, qui ont coûté la vie à deux gendarmes (police française) et quatre civils.

Macron a déclaré qu’une force de 3,000 XNUMX hommes déployée depuis la France resterait « aussi longtemps que nécessaire », soulignant que le retour au calme et la sécurité étaient « la priorité absolue ».

Il a rendu hommage aux personnes tuées dans les violences avant de rencontrer des hommes politiques et des représentants du monde des affaires lors d'un sommet auquel participaient les dirigeants indépendantistes. 

Avant sa visite, Macron a dû faire face à la colère de groupes qui tiennent son orgueil pour responsable du chaos. «Voici le pompier après avoir allumé le feu!» Jimmy Naouna du Front de Libération Nationale Kanak et Socialiste (FLNKS) de Nouvelle-Calédonie, posté sur X après que le bureau de Macron a annoncé sa visite surprise.

Dans un autre message, Naouna a déclaré que Macron et ceux qui l'accompagnaient lors de la visite, le ministre des Affaires étrangères et de l'Intérieur Gérald Darmanin Darmanin et le ministre des Forces armées Sébastien Locornu, avaient ignoré pendant des mois les appels à des pourparlers pacifiques pour résoudre les problèmes d'autodétermination de la nation insulaire et qu'on ne pouvait plus leur faire confiance.

Environ 1,000 XNUMX agents de sécurité français supplémentaires ont été envoyés dans l'archipel ce week-end, lorsque le haut-commissaire français Louis Le Franc a promis dans un discours télévisé que « l'ordre républicain serait rétabli, quel qu'en soit le prix ». Si les séparatistes « veulent utiliser leurs armes, ils risquent le pire », a-t-il ajouté.

Le Franc a affirmé Valérie Plante. Les forces de sécurité françaises organiseraient des raids de « harcèlement » pour récupérer les territoires détenus par les groupes indépendantistes.

Début des troubles

La crise a été déclenchée après que la chambre basse de la France, l'Assemblée nationale, a apporté le 14 mai des modifications à un accord de 1998 qui ouvrait la voie à la décolonisation après des décennies de conflit.

Le projet de loi de l'Assemblée supprimera l'une des dispositions de l'accord en permettant aux résidents arrivés dans le pays après 1998 de voter, ce qui déplacera l'équilibre du pouvoir loin de la population indigène et affaiblira ses chances d'obtenir l'indépendance par référendum.   

Le projet de loi apporte spécifiquement des modifications constitutionnelles supprimant les restrictions électorales protégeant le statut démographique du peuple autochtone Kanaky du pays, comme convenu dans le cadre de l'Accord de Nouméa. 

Ce changement, qui fait suite à une révision constitutionnelle initiée par Darmanin, permettrait aux ressortissants français résidant sur l'île depuis au moins 10 ans de voter aux élections locales.

La France conserve un intérêt stratégique et économique dans cette petite nation du Pacifique de 270,000 750 habitants, située à 1200 XNUMX km à l’est de l’Australie. Elle est le troisième exportateur mondial de nickel, tandis que la France tente également de se repositionner en tant que partenaire de sécurité occidental dans le Pacifique.

Fonderie de nickel à Nouméa, Nouvelle-Calédonie, 2006. (Tim Waters, Flickr, CC BY-NC-ND 2.0)

Le dimanche 19 mai, environ 600 policiers et militaires paramilitaires ont franchi environ 70 barricades, dont des dizaines de véhicules incendiés, bloquant un tronçon de route de 64 km reliant Nouméa, la capitale, à l'aéroport international de La Tontouta. Certaines barricades ont été immédiatement reconstruites. 

Un couvre-feu de 6 heures à 6 heures du matin reste en vigueur jusqu'à la fin de l'état d'urgence le 27 mai. Les jeunes privés de leurs droits sont responsables de la plupart des émeutes. Tik Tok a également été interdit et plus de 230 personnes ont jusqu'à présent été arrêtées.

La Nouvelle-Zélande et l'Australie ont commencé mardi des rapatriements d'urgence à l'aide d'avions militaires depuis l'aéroport de Magenta, à 4 km de la capitale.

Macron a été accusé d’avoir déclenché les troubles en imposant au pays un programme colonial, contraire à l’accord de Nouméa. 

Blâmer l’Azerbaïdjan

Ministre français de l'intérieur Gérald Darmanin a accusé l'Azerbaïdjan, loin de la Nouvelle-Calédonie, d'y semer le trouble. « Ce n'est pas un fantasme. C'est une réalité", a-t-il dit Télévision française. «Je regrette que certains dirigeants indépendantistes calédoniens aient conclu un accord avec l'Azerbaïdjan. C'est indiscutable», a-t-il déclaré. 

Il a ajouté : « Même s’il y a des tentatives d’ingérence… La France est souveraine sur son propre territoire, et c’est tant mieux. » 

L'Azerbaïdjan a nié cette allégation. "Nous rejetons totalement les accusations sans fondement", a déclaré Ayhan Hajizadeh, porte-parole du ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères. . "Nous réfutons tout lien entre les dirigeants de la lutte pour la liberté en Calédonie et en Azerbaïdjan."

L’Azerbaïdjan s’est prononcé ouvertement contre le colonialisme français et a invité des groupes indépendantistes de plusieurs dépendances françaises en Polynésie à Bakou pour une conférence en vue de l’élimination complète du colonialisme en juillet dernier. Elle était organisée par le Groupe Initiative Buku, qui a publié la semaine dernière une déclaration de solidarité avec les Kanaks résistant aux réformes françaises.

Suit les pertes françaises en Afrique

Les drapeaux français tricolore et kanak côte à côte, Nouméa, Nouvelle-Calédonie, mars 2011. (BeenAroundAWhile, Wikimedia Commons, CC BY 3.0)

Le soulèvement en Nouvelle-Calédonie fait suite aux troubles dans l'ex-Afrique occidentale française qui forcé Les troupes françaises ont quitté le Niger, le Mali et le Burkina Faso l'année dernière. Cela a coûté à la France l'accès à pas cher l’uranium, notamment en provenance du Niger, exerçant ainsi une pression politique sur Macron de la part de puissants intérêts français. UN La perte de la Nouvelle-Calédonie ne serait pas la bienvenue à Paris alors que les intérêts coloniaux français s’effondrent. 

Eddy Banare, chercheur en littérature comparée qui s'intéresse à l'identité/discours politique kanak à l'Université de la Nouvelle-Calédonie, a déclaré : Nouvelles du consortium Macron et son gouvernement ont fait preuve d’un grave manque de compréhension de la question calédonienne et n’ont pas réussi à maintenir le dialogue avec les partis locaux. 

« L’Accord de Nouméa repose sur un accord entre acteurs politiques de Nouvelle-Calédonie. Cet accord a été compromis », a-t-il déclaré.

«Macron s'est aligné sur la droite la plus dure de l'échiquier politique calédonien qui, dans sa ferveur pour le maintien d'une Nouvelle-Calédonie française, rejette l'esprit de collégialité instauré par l'accord de Nouméa en ignorant la revendication indépendantiste kanak et en sabotant les conditions du dialogue. .»

Macron a tenu trois réunions de son Conseil de défense et de sécurité nationale en une semaine et sa décision d'envoyer davantage de troupes est le reflet d'un grave déséquilibre dans la société calédonienne sans précédent depuis les années 1980.

"Tout semble réglé pour le long terme", a déclaré Banare, ajoutant que les 100,000 XNUMX armes à feu qui circulent actuellement dans le pays devaient également être retirées de l'équation. Des milices armées loyalistes pro-France et des groupes anticoloniaux ont été actifs pendant les manifestations. Trois des personnes tuées étaient des Kanaks, abattus par des civils armés.

Banare a déclaré qu'en l'absence d'un arbitre impartial, l'Australie et la Nouvelle-Zélande devraient organiser une table ronde réunissant des parties néo-calédoniennes, une représentation du gouvernement français et des experts en droit international et en questions autochtones dans le Pacifique. 

Veuillez Faire un don à le
Printemps Contrôleur Conduire!

L’Alliance des organisations non gouvernementales régionales du Pacifique (PRNGA) a également exhorté lundi les dirigeants de l’ONU et du Pacifique à arbitrer le dialogue en vue de restaurer « une transition juste et pacifique ». 

Dans un communiqué, l’organisation a critiqué Macron pour son « agenda mal caché visant à prolonger le contrôle colonial sur le territoire » et pour avoir ignoré les avertissements des groupes autochtones selon lesquels la décision unilatérale d’imposer des changements électoraux pourrait mettre fin à 30 ans de paix relative en Nouvelle-Calédonie.

Carte montrant l'emplacement de la Nouvelle-Calédonie en Océanie. (TUBS, Wikimedia Commons, CC BY-SA 3.0)

« Cette semaine, alors que le Comité de décolonisation des Nations Unies (C24) se réunit à Caracas, au Venezuela, pour connaître les mises à jour sur la liste des territoires non autonomes à décoloniser, la France impose l'état d'urgence à Kanaky-Nouvelle-Calédonie et envoie d'autres troupes sur le territoire du Pacifique pour rétablir l’ordre », indique-t-il.

« Ironiquement, ses ouvertures en faveur de l’ordre public et de la paix contrastent fortement avec l’utilisation abusive des processus institutionnels pour infliger des violences au peuple Kanaky, comme en témoigne le comportement à Paris. »

Les décès et la destruction de biens ont laissé de nombreuses personnes dans ce pays économiquement divisé, méfiantes et nerveuses. Le conflit a de graves conséquences sur l’économie fragile et affecte également l’approvisionnement médical et alimentaire dans toute l’île.

Louis Lagarde, professeur agrégé de littérature, de langue et de sciences sociales à l'Université de Nouvelle-Calédonie, a déclaré que le lancement de discussions entre les communautés locales devrait être une priorité.

"Il est encore trop tôt pour prédire quand les troupes quitteront l'archipel", a-t-il déclaré. Nouvelles du consortium. « Leur rôle actuel est de sécuriser les aéroports, le port, d'accéder et de permettre l'accès aux hôpitaux, de préserver les derniers commerces et leur réapprovisionnement, et de lever les blocages sur les grands axes routiers. Les patients sous dialyse courent un risque élevé, tout comme les autres patients soumis à des traitements lourds, les femmes enceintes, etc.

Il a déclaré : « Il faut comprendre que le gouvernement actuel de Nouvelle-Calédonie, avec une majorité indépendantiste et un président, ainsi que le président habituel du Sénat, ont appelé au calme à plusieurs reprises, en vain – ou peu –. Aussi dure que cela puisse paraître, la présence de renforts militaires et policiers reste cruciale.»

« Peu importe s'ils vivent ou meurent »

Rodney Pirini, un Kanak basé à Whakatane, a déclaré que les jeunes à l'avant-garde des manifestations étaient profondément marginalisés et que leur situation s'était aggravée après que les Kanak ont ​​commencé à s'installer dans les centres urbains au cours des dernières décennies, en particulier dans la capitale, où les extrêmes de richesse et de pauvreté étaient les plus prononcés.

Pirini, un ancien membre de l'Union Calédonienne (UC) (qui fait partie du Front de libération nationale kanak et socialiste) qui avait été emprisonné à plusieurs reprises lors des manifestations du milieu des années 1980, a déclaré que le caractère destructeur des manifestations de la semaine dernière était le reflet de cette réalité sociale.

« Quarante ans après ma manifestation, il y a beaucoup de jeunes en ville, sans travail, sans rien, vivant aux côtés de riches Français. Un pâté de maisons pourrait être occupé par des riches, à 20 mètres vous avez un pâté de maisons de pauvres. C'est fou.

« Certains jeunes ne se soucient pas de savoir s'ils vivent ou s'ils meurent. C'est un problème."

Histoire coloniale

Vue sur Nouméa, capitale de la Nouvelle-Calédonie, 2009. (Pilettes, Wikimedia Commons, CC BY-SA 3.0)

La France a officiellement pris possession de Kanaky, ou Nouvelle-Calédonie, en 1853 et la colonisation a forcé les Kanaks à quitter leurs terres, entraînant plusieurs rébellions ratées au cours des décennies à venir.

La trajectoire politique moderne de la Nouvelle-Calédonie vers la décolonisation a été mise en branle après la signature des accords Matignon-Oudinot en 1988 par le leader kanak et socialiste du Front de libération nationale (FLNKS), Jean-Marie Tjibaou, et le leader du Rassemblement anti-indépendantiste pour la Calédonie dans la République ( RPCR), Jacques Lafleur et la France. Il a été approuvé par référendum par 80 pour cent des électeurs.

L'accord recherchait un compromis et un règlement pacifique après une période de guerre civile et de résistance armée à la domination française. 

Les dirigeants du FLNKS Jean-Marie Tjibaou et Yeiwéné ​​Yeiwéné ​​ont été assassinés par des militants du FLNKS opposés à l'accord de paix moins d'un an plus tard.

Les Accords de Nouméa ont reconnu les Kanaks comme le peuple autochtone de Kanaky et ont établi des mécanismes pour remédier à la fois aux torts historiques et transférer les pouvoirs de gouvernance de la France.

Les Kanaks représentent environ 40 pour cent de la population de Nouvelle-Calédonie et les dispositions restreignant le droit de vote aux personnes résidant dans le pays avant 1998 ont été conçues pour maintenir la force électorale des Kanaks pendant qu'une transition pacifique vers l'indépendance se déroulait.

Une série de référendums sur l'indépendance a été proposée, le premier ayant eu lieu en 2018, enregistrant 43.3 pour cent en faveur de l'indépendance, suivi de 46.7 pour cent lors d'un référendum en 2020. 

Le siège du FLNKS pour la campagne du « oui » au référendum de 2018 sur l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie, rue de l'Alma à Nouméa. (Marc Baronnet, Wikimedia Commons, CC BY-SA 4.0)

Le troisième référendum de décembre 2021 a marqué un glissement vers la polarisation actuelle et constitue un antécédent clé des émeutes.

Les appels au report lancés par les partis indépendantistes après que les communautés autochtones ont été durement touchées par la variante Delta du Covid-19 ont été ignorés par la France et le vote a eu lieu. Après avoir porté la question devant la Quatrième Commission de l’ONU sur la décolonisation, les partis indépendantistes ont boycotté le référendum, ce qui a entraîné un taux de participation électorale de 44 pour cent – ​​soit la moitié du nombre de 2020. Le vote n’a apporté que 3.5 pour cent de soutien à l’indépendance. 

Macron avait alors salué le vote comme une « victoire massive » pour le camp pro-loyaliste. Les groupes indépendantistes réclament un autre référendum.  

Mick Hall est un journaliste indépendant basé en Nouvelle-Zélande. Il est un ancien journaliste numérique à Radio New Zealand (RNZ) et un ancien membre du personnel d'Australian Associated Press (AAP). Il a également écrit des articles d'investigation pour divers journaux, dont le Herald néo-zélandais.

Les opinions exprimées dans cet article peuvent ou non refléter celles de Nouvelles du consortium.

Veuillez Faire un don à le
Printemps Contrôleur Conduire!



9 commentaires pour “La France perd son emprise sur une autre possession coloniale »

  1. James 1
    Mai 26, 2024 à 23: 17

    La France doit être forcée de se retirer de TOUTES ses conquêtes des îles du Pacifique. Je suis australien et j'espère que les Néo-Calédoniens obtiendront leur indépendance au plus vite. J'espère que les armes nécessaires à cela seront fournies – – peut-être que la Russie pourrait aider :)

  2. anon
    Mai 26, 2024 à 09: 02

    Petit Napoléon ou César de la Sciure ?
    Se pavanant comme un coq français, menaçant de donner à Johnny Russian une leçon qu'il n'oubliera pas avec sa puissante armée forte de 2,000 XNUMX hommes.
    Manny doit se rendre compte qu'il n'est que le satrape de l'Oncle Sam à Paris et ne pas se faire d'idées au-dessus de son poste.

  3. Janet
    Mai 25, 2024 à 11: 35

    Macron a enfin obtenu sa guerre. Maintenant, il peut continuer à prétendre qu'il est Napoléon Redux.

  4. Robert
    Mai 25, 2024 à 09: 13

    Avant de lire cet article, tout ce que je savais de la Nouvelle-Calédonie, c’est qu’elle existait. Mais pour moi, c'est devenu une lecture intéressante car elle a montré le dilemme dans lequel se trouve la France. La France a beaucoup de problèmes avec ses colonies en Afrique, et voici un autre problème loin de ses côtes. Et pourtant, avec tous ces problèmes posés sur son bureau, Macron apparaît régulièrement et dit au monde que si l’OTAN ne va pas en Ukraine pour combattre les Russes, bon sang, Emmanuel Macron prendra les choses en main. Peut-être que les comparaisons avec Napoléon ne sont pas loin de la vérité.

  5. Vera Gottlieb
    Mai 25, 2024 à 06: 14

    Il est grand temps pour le monde blanc anglo/saxon d’accepter la réalité : l’époque du colonialisme de peuplement est TERMINÉE !

  6. Lois Gagnon
    Mai 24, 2024 à 19: 15

    Le projet colonial euro/américain touche à sa fin. Ceux qui ne l’acceptent pas doivent simplement s’en remettre. Cela aurait dû être fait depuis longtemps.

    • Majorité mondiale
      Mai 25, 2024 à 00: 59

      Il est temps que le Mal perde et bat en retraite. Des jours meilleurs attendent la majorité de l’humanité.

  7. CaseyG
    Mai 24, 2024 à 17: 44

    N'est-il pas temps que le monde, pour les nations puissantes, laisse les États autrefois possédés décider que MAINTENANT est le moment de respecter ces nations autrefois possédées ? Je suis sûr qu’il y a de nombreux endroits qui souhaitent retrouver leur propre pouvoir MAINTENANT, plutôt que plus tard. Et aussi, il est peut-être temps d’abandonner le concept de propriété des autres.

  8. Mai 24, 2024 à 16: 22

    La France est peut-être le membre junior du véritable axe du mal, mais elle est suffisamment mauvaise à elle seule.

Les commentaires sont fermés.